perpetual movement

Tout va, tout revient,
la roue de l’existence tourne éternellement.
Tout meurt, tout refleurit,
éternellement coulent les saisons de l’existence.
Tout se brise, tout se reconstruit ;
éternellement se bâtit la même maison de l’existence.
Tout se sépare, tout se salue de nouveau ;
l’anneau de l’existence se reste éternellement fidèle à lui-même.
À chaque moment commence l’existence ;
autour de chaque ici tourne la boule là-bas.
Le centre est partout. Le sentier de l’éternité est tortueux.
Friedrich Nietzsche